Management sauce nippone : ça pique !

ateliers-de-cohesion-d-equipe

Dans son roman Stupeur et Tremblements, Amélie Nothomb décrivait avec un regard grinçant la dégringolade d’une jeune Française au sein d’une entreprise japonaise. A des années lumière de nos modèles managériaux, l’entreprise japonaise restait, jusqu’à il y a peu, fondée sur le communautarisme et la hiérarchie. Mais le système vacille…

L’entreprise, une seconde famille…
Le Japon, marqué par sa forte culture impérialiste, a longtemps été cité en exemple quant au fonctionnement de ses entreprises. Paternalisme ambiant, esprit de corps, hiérarchie moyenne : la boîte nippone est une grande et belle équipe ! Elle entretient avec ses salariés une relation sur le long terme : on y entre tous au même niveau avant de faire ses preuves, puis de gagner du galon grâce à l’ancienneté. La fidélité paie. Et c’est précisément ce que recherchent les employés japonais : la sécurité et la certitude de leur travail. Quitte à se dévouer corps et âme à leur entreprise.
L’esprit d’équipe reste omniprésent. Pour souder le collectif, rien de tel que le nomikai, un véritable rituel professionnel qui consiste à picoler avec ses collègues après le travail, souvent aux frais de la Direction !
http://japon.aujourdhuilemonde.com/sintegrer-dans-une-entreprise-japonaise-un-parcours-initiatique

…Très hiérarchisée
Attention néanmoins à ne pas trop se lâcher sous l’effet de l’alcool… Même si les supérieurs prétendent que ces moments effacent les liens hiérarchiques, il n’en est rien. Et le mode participatif de management semble n’être qu’une façade. En effet, chaque employé est invité à émettre ses opinions et proposer de nouvelles idées. Mais l’oreille attentive de son supérieur suffit généralement à freiner la critique ou le brainstorming délirant. Il est également très mal vu de quitter le bureau avant son supérieur… Quant aux femmes, elles restent les parents pauvres de l’ascenseur social, censées jouer les épouses modèles dès la venue du premier enfant. Elles présentent généralement leur démission en même temps que leur certificat de grossesse…
http://www.opinion-internationale.com/2011/12/29/japon-et-parite-hommesfemmes-zero-de-conduite_4114.html

Nouvelle donne ?
Malgré la grande implication et la flexibilité exemplaire des salariés japonais, le système a du plomb dans l’aile… Le management nippon est remis en cause : la productivité est en baisse, le cloisonnement des organisation et l’opacité des gouvernances posent question… L’archipel devrait bientôt voir notre bon vieux management par le profit gagner ses rangs. Au risque de rogner sur la protection des salariés pour aller vers davantage d’individualisation des carrières. Et les femmes devraient bientôt retourner au turbin pour combler la perte de forces vives. D’ici 2060, le Japon aura perdu 32,3% de sa population actuelle…
http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/04/03/la-fin-du-modele-japonais_3151944_1698637.html

Votre commentaire

Votre commentaire

* Champs obligatoires